Dans le monde des médecins, il existe deux statuts, peu importe la spécialisation choisie. Il y a d’une part les médecins salariés qui sont salariés d’organismes de santé comme des hôpitaux ou des associations de santé ; et d’autres part les médecins libéraux qui possède leur propre local et leur propre statut juridique.

Dans cet article, nous nous focaliserons sur le choix d’être médecin libéral et ce que cela implique, c’est-à-dire les avantages d’un tel statut et les obligations pour entrer dans les critères de l’ordre des médecins notamment.

Les avantages du statut de médecin libéral

L’avantage majeur du statut de médecin libéral est que le médecin est seul dans son local. Ceci signifie qu’il n’a pas de compte à rendre à un supérieur et qu’il ne subit pas la hiérarchie. Il est alors libre de s’organiser comme il l’entend, tant au niveau de ses horaires de travail que dans sa manière de travailler.

Le second avantage est d’avantage financier. En effet, contrairement à un médecin salarié, le médecin libéral est payé à l’acte et n’a pas de salaire fixe. Cela signifie que plus le médecin voit de monde plus il est rémunéré, ce qui devient très avantageux lorsque le médecin s’installe dans un désert médical, ou une zone où très peu de praticiens dans sa spécialisation sont installés. Le médecin possède alors une patientèle très large et est même souvent contraint de refuser du monde. La rémunération peut également être comptée avec des dépassements d’honoraires, c’est-à-dire qu’en plus de la somme remboursée par la Sécurité Sociale, le médecin peut décider de demander une certaine somme ne plus pour une consultation ou un acte en particulier. Et afin d’augmenter sa rémunération ou pour varier le travail qu’il effectue, le médecin libéral peut également être employé par des organismes médicaux pour certaines tranches horaires.

Pour s’installer le médecin libéral peut choisir de monter son propre cabinet dans un local et travailler seul, ou mutualisé ses locaux avec d’autres médecins, ainsi les différents médecins libéraux peuvent diviser les différentes charges, comme les charges liées au loyer ou l’embauche de secrétaires par exemple.

Enfin, le médecin libéral peut revendre une partie de son entreprise ou de sa patientèle à un confrère, ce qui arrive très souvent lorsqu’un praticien part à la retraite.

Les obligations du médecin libéral

Si ne pas avoir d’employeur permet une plus grande flexibilité, cela confère aux médecins libéraux une certaine responsabilité et certaines obligations. D’une part ils sont obligés de travailler pour gagner de l’argent étant donné qu’ils sont payés à l’acte, ce qui rend compliqué les congés maternité ou paternité par exemple. D’autre part, ils doivent s’occuper seuls de leur protection sociale et juridique. Il est ainsi conseiller de faire appel à une mutuelle spécialisée pour les médecins, d’autant que le médecin libéral à obligation de souscrire à une prévoyance santé et une assurance portant sur leur responsabilité civile professionnelle, afin de se protéger face à d’éventuelles erreurs.

De plus, le local doit respecter certaines normes afin d’être validé par l’Ordre des Médecins, il est alors nécessaire qu’il possède une salle d’attente, qu’il ait un évier dans la salle d’examen par exemple. Et si le médecin libéral a besoin de matériel pour exercer sa profession, il doit faire lui-même les investissements, ce qui peut être compliqué pour un jeune médecin qui débute.

Enfin le médecin crée une société lorsqu’il crée son cabinet, ce qui lui confère des obligations administratives et juridiques comme tout chef d’entreprise