Le métier de géomètre topographe possède plusieurs fonctions dont la principale est de relever la configuration des lieux qui lui sont soumis à l’étude. Il peut en outre effectuer différents calculs géométriques et élaborer les cartes des lieux étudiés.

Un professionnel des relevés

Dans un premier temps, le géomètre topographe effectue une collecte d’informations sur un lieu précis. Il peut s’agir d’une rue, d’un quartier, d’une ville mais aussi d’une forêt ou d’un champ. Il va noter les différentes distances entre les points importants situés sur place, les élévations, les différents angles horizontaux et verticaux mais aussi les trous, grottes élévations et autres détails qui composent le paysage. Il compare ses notes aux relevés IGN pour créer un réseau précis de la zone étudiée. Ses notes doivent être d’une précision sans faute pour que les utilisateurs puissent suivre les indications sans risque d’erreur. Pour cela, il utilise différents outils – principalement technologiques, tachéomètres, infrarouge scanner laser 3D, drones… Il va ensuite traiter les différentes données récoltées pour offrir une carte ou un plan complet et précis.

Un spécialiste du bornage Le géomètre topographe travaille également dans le domaine du bornage. Il va alors délimiter le secteur à étudier puis effectuera son bornage. Cela sera utile pour un aménagement de lotissement par exemple – division des parcelles, dimensionnement de la voirie, plan de récolement… Il peut également composer les dossiers qui seront ensuite envoyés aux différents services administratifs.

Un métier, plusieurs secteurs

Le géomètre topographe travaille principalement pour les services liés aux travaux publics mais il peut également exercer dans des domaines aussi variés que l’aménagement – et la gestion – du territoire, la construction et le BTP, les services du cadastre, ou encore l’ingénierie. Il établit des cartes précises qui seront utilisées par des centres de recherche – comme le CNRS ou les gisements pétroliers. Ses études de lieux sont indispensables pour les professionnels de l’urbanisme et les collectivités locales qui utiliseront ses plans pour aménager les lieux au mieux. Cet état des lieux va par exemple être utilisé dans le domaine des travaux publics pour effectuer un terrassement, des travaux de voirie ou de réseaux, l’implantation de bâtiments ou des améliorations nécessaire comme un drainage.

Formations et spécificités

Pour devenir géomètre topographe, il existe deux voies. La première est un Bac professionnel de technicien géomètre topographe qui se déroule en 3 ans après la classe de 3ème. Il est aussi possible de suivre un BTS de géomètre topographe en deux ans. Pour intégrer cette filière, il faut de préférence avoir un Bac S ou STI2D. Un BTS Travaux publics ou un DUT Génie civil peuvent aussi permettre s’exercer cette profession. Ce BTS est par ailleurs une clé pour accéder au cycle de l’École Supérieure de Géomètres et Topographes (ESGT) qui conduit au titre de géomètre expert.

Deux autres écoles d’ingénieur forment à cette profession : l’ESTP et l’INSA. Un géomètre topographe peut être employé par une entreprise – BTP, génie civil, urbanisme – ou travailler à son compte. Il peut également intégrer un cabinet indépendant de spécialistes – géologue urbaniste… Il faut en outre un sens de l’observation pointu. Il travaille principalement en extérieur mais réalise également ses relevés en bureau. Il doit savoir utiliser les différents outils informatiques et technologiques mis à sa disposition. Le salaire du géomètre topographe débutant est de 1500 euros brut.