La justice est votre passion ? Pourquoi ne pas devenir magistrat ? Pour cela, vous devrez impérativement suivre les cours de l’École nationale de magistrature puis réussir le difficile concours d’entrée.

Un magistrat, c’est quoi ?

Il existe différents types de magistrats. Le magistrat de siège va travailler sur des affaires civiles ou pénales et applique la loi. Il peut être juge au Tribunal de Grande Instance en charge des problèmes entre particuliers, juge aux affaires familiales, juge d’instruction qui supervise les enquêtes policières, juge d’application des peines ou encore juge des enfants qui va prendre en charge les affaires incluant un mineur. Les magistrats du parquet vont défendre l’ordre public. Ils peuvent être procureurs de la République ou substituts.

Débuter ses études de magistrat

Une seule école en France prépare les magistrats : l’École nationale de magistrature, qui se situe au 10 Rue des Frères Bonie à Bordeaux. C’est le seul centre de formation français. Pour y accéder, il faut au minimum un master 1 de droit ou d’un diplôme d’IEP. Si tel est le cas, un premier concours externe devra être réussi. Ce concours est reconnu comme très difficile et sélectif. Il est possible de se présenter jusqu’à l’âge de 31 ans. Ce concours d’accès porte sur les connaissances et la compréhension du monde actuel, sur les droits civil, européen, social et pénal, sur des questions d’ordre général sur l’État et la justice. Une mise en situation avec entretien et une note de synthèse seront aussi au programme sans oublier des tests de langues vivantes. Il est possible de se présenter trois fois au concours. Un second concours peut être passé sans condition de diplôme. Il est ouvert aux fonctionnaires ayant exercé au minimum 4 ans et ayant au maximum 48 ans et 5 mois.

Il existe un troisième concours ouvert aux candidats de 40 ans maximum ayant exercé au minimum 8 ans en entreprise ou possédant un mandat électoral. À savoir encore, la nationalité française est requise pour passer le concours quel qu’il soit.

Une formation difficile

Il ne suffit pas de réussir son concours d’entrée à l’ENM pour devenir magistrat. La formation alterne les cours théoriques et les stages. Les cours sont prodigués par 25 professeurs dont des magistrats en fonction. Un greffier et un professeur de langues complètent l’équipe pédagogique. Il existe huit pôles de formation. À cela s’ajoutent des intervenants dans divers domaines : médecine légale, psychiatrie, médecine, histoire… Cette formation a pour but de former les futurs magistrats aux pratiques spécifiques comme la rédaction de jugement, la présidence d’audience ou encore à diriger des entretiens judiciaires. Ces enseignements sont mis en pratique lors des stages qui composent 70% de la formation. L’étudiant est évalué tout au long de sa formation avec des épreuves en fin de stage et à la fin de l’année. A la fin des deux ans de formation, un jury décide de l’aptitude ou non du candidat à exercer. Vient ensuite la dernière étape, celle de la spécialisation qui dure 7 mois. L’auditeur va alors choisir le domaine dans lequel il veut exercer. A la fin de cette spécialisation, il passe l’examen final d’aptitude. Un classement est mis en place par les examinateurs. Les premiers peuvent alors choisir en priorité leur première affectation – les affectations sont proposées sur une liste validée par le Ministère de la Justice. Le jeune magistrat va alors prêter serment. C’est un décret du Président de la République qui va entériner sa nomination.